Greffe de cheveux FUE & méthode DHI : quelles différences ?

← Retour

implants capillaires

Vous êtes sur le point de sauter le pas de la greffe capillaire, mais vous hésitez encore sur la technique et la clinique à privilégier ? Il n’y a rien de plus normal : la masse d’informations trouvée sur Internet ne facilite pas la tâche. Nous vous aidons à faire le point sur deux techniques d’implants capillaires parfois confondues, bien qu’elles n’aient rien à voir : la technique FUE (Follicular Unit Extraction) et la méthode DHI (Direct Hair Implantation).

La greffe de cheveux FUE ou l’extraction d’unité folliculaire

Quel est le principe de la FUE ?

La technique FUE (Follicular Unit Extraction) est une méthode d’extraction d’unités folliculaires très répandue, mais dont les résultats varient en fonction de l’expérience du praticien et des outils utilisés. Lors de l’extraction, les follicules pileux sont prélevés un à un sur la zone donneuse, soit la couronne hippocratique du patient. Pour ce qui est de l’implantation de ces unités folliculaires, des incisions (ou trous de réception) sont réalisées au niveau de la zone receveuse afin d’y implanter les greffons au forceps.

Les caractéristiques de la FUE 

Il ne s’agit pas d’une méthode standardisée

Il n’existe pas de protocole standardisé pour la greffe de cheveux FUE, cela se traduit par des résultats dépendants des compétences du praticien. Il n’existe pas non plus de formation officielle à ce savoir qui vaut de l’or, les médecins experts ne souhaitant pas former de concurrents potentiels.

Les outils d’extraction utilisés dépendent du choix du praticien…

… Et ont un impact direct sur le rendu de votre greffe capillaire. Le diamètre du punch pouvant varier de 0.7mm à 2mm, le résultat de l’intervention peut également être très ambivalent. D’un côté, un punch trop large dégrade le cuir chevelu au niveau de l’arrière du crâne : un diamètre trop important laisse en effet des trous sur la zone donneuse, avec des cicatrices difficiles à dissimuler sur cheveux courts. D’un autre côté, un punch trop fin non adapté au diamètre du cheveu du patient peut couper et abîmer l’unité folliculaire et donc compromettre la repousse. Le risque de transsection, c’est-à-dire de casser l’unité folliculaire, est élevé, ce qui fait considérablement baisser le taux de repousse, estimé au final à 50-60%. Et pour compenser ce risque de transsection, les praticiens FUE se voient dans l’obligation de surprélever la zone donneuse, laissant la couronne hippocratique mitée. Enfin, les greffons sont conservés en milieu non stériles, dans une solution saline qui ne réduit pas le stress des follicules, ce qui ne permet pas de les préserver de façon optimale. 

La technique FUE n’est pas une méthode, elle n’est pas standardisée et son exécution varie considérablement d’un praticien à un autre.

L’implantation d’une FUE traditionnelle peut laisser des cicatrices

Sur la zone receveuse, des trous de réception ou « slits » sont réalisés afin de recevoir les greffons. Cette pratique ne permet pas aux greffons d’être implantés avec une densité naturelle et résulte parfois en un effet cheveux de poupée. Ce procédé fragilise également les follicules, ce qui fait diminuer le taux de repousse. Une deuxième session est alors souvent nécessaire.

Avec la technique d’implantation utilisée en FUE traditionnelle, l’angle, la direction et la profondeur d’implantation des greffons ne peuvent pas être maîtrisés avec précision. Le dessin de la ligne capillaire est laissé à l’appréciation du praticien, parfois à des « assistants ». Les cheveux peuvent repousser dans tous les sens avec un effet “champs de poireaux”, n’offrant pas un mouvement naturel. Les zones d’implantation sont variables et certains praticiens implantent même sur les tempes ou les muscles frontaux. Des greffons de multiples cheveux peuvent être implantés sur la ligne frontale… ce qui laisse les patients avec des résultats manquant de naturel et parfois grossiers.

La technique FUE n’est pas une méthode, elle n’est pas standardisée et son exécution varie considérablement d’un praticien à un autre.

La FUE n’est jamais réalisée de bout en bout par une seule personne

La majorité du temps, ce sont des « petites mains », sans formation ni expertise, qui sont chargées de réaliser des implants capillaires avec la technique FUE. Non seulement les résultats sont dépendants du technicien mais ils sont aussi complètement aléatoires avec parfois deux personnes sur chaque côté de la tête. Sans protocole défini, il n’y a pas de garantie d’une ligne capillaire naturelle.

La technique FUE n’est pas une méthode, elle n’est pas standardisée et son exécution varie considérablement d’un praticien à un autre.

La méthode DHI ou l’art de la greffe capillaire !

Quel est le principe de la méthode DHI ?

Exclusive à la Maison Lutétia, la méthode DHI (Direct Hair Implantation) repose sur une technique d’extraction des greffons un par un, et une méthode d’implantation douce, non-invasive et artisanale. Pour ce faire, un injecteur de cheveux de haute précision est utilisé par le médecin hyperspécialisé, afin de déterminer profondeur, angle et direction de chaque follicule, favorisant un résultat dense et naturel.

La méthode DHI est une méthode évolutive, minutieusement codifiée et standardisée qui offre un protocole complet sur ce qui se fait de mieux en greffe de cheveux à ce  jour.

La méthode DHI ne se résume pas, ni en une technique d’extraction, ni en une technique d’implantation ou à l’utilisation d’un stylet injecteur de cheveux.

Les caractéristiques de la méthode DHI

Une méthode d’extraction douce, juste et efficace

D’une part, un punch en forme de trompette, légèrement évasé, avec une partie interne tranchante, et une partie externe en mousse, est utilisé pour éviter d’abîmer les tissus périphériques et éliminer tout risque de transsection. D’autre part, la méthode DHI préserve la zone donneuse : aucun surprélèvement n’est effectué afin de permettre à chacun d’avoir recours à une nouvelle greffe de cheveux dans le cas où sa calvitie évoluerait. En ce qui concerne la préservation des greffons, ils sont plongés dans de l’Hypothermosol, solution qui a originellement pour but de conserver les organes. Aussi, les infirmiers suivent un protocole rigoureux pour maintenir les greffons à bonne température. Les follicules sont ainsi parfaitement préservés et la manipulation est minimale, favorisant ainsi un taux de repousse proche de 100%.

Une technique d’implantation unique

Pour ce qui est de l’implantation DHI, l’archaïque forceps, privilégié par les techniques classiques de greffe capillaires, a été remplacé par un implanteur adapté de 0,8 mm à 1mm de diamètre, qui ne nécessite pas de trous de réception. Plus que la finesse de l’outil, c’est la subtilité de sa maîtrise qui définit la méthode DHI. A la fois manuelle et artistique, le médecin suit un plan d’implantation intelligent, les follicules simples étant privilégiés pour définir la ligne frontale, et les follicules multiples pour apporter de la densité, ou pour réaliser le très plébiscité « Dense Packing » soit une technique d’épaississement qui permet d’atteindre une densité élevée. Résultat : la greffe capillaire est indétectable, offrant un rendu authentique.

Un résultat sans cicatrice

Les greffes de cheveux dites classiques, comme la FUE et l’IFA (Implantation Folliculaire Automatisée) laissent des marques visibles sur le cuir chevelu, aussi bien sur la couronne hippocratique que sur la zone receveuse. C’est aussi le cas de la FUT, qui laisse une grande cicatrice derrière le crâne, où a été extraite la bandelette de cheveux. Grâce à son procédé non-invasif, c’est-à-dire sans instruments tranchants ni agressifs, et contrairement à ces techniques, la méthode DHI ne laisse aucune cicatrice après l’intervention ! 

Un protocole ultra-rigoureux 

Contrairement à la technique de greffe capillaire FUE, la méthode DHI est standardisée. Le protocole d’excellence du Total Care System en détermine les règles minutieuses et la procédure médicale, permettant de répondre à tous les besoins capillaires des personnes souffrant d’alopécie. Pour les patients, c’est la garantie d’un niveau de service excellent, sans risque, avec des résultats durables. Le suivi est également très rigoureux, avec des rendez-vous tous les 3 mois à la Maison Lutétia jusqu’au résultat final à 12 mois.

Des médecins hyperspécialisés

A la Maison Lutétia, aucune petite main n’intervient pendant la greffe de cheveux ! Les médecins sont formés pendant 18 mois à la méthode DHI, et réalisent l’intervention de la phase d’extraction à la phase d’implantation. Par ailleurs, la Maison Lutétia est le seul centre de formation pour le diplôme universitaire concernant le traitement de la calvitie en France, qui compte chaque année une vingtaine de docteurs dans le programme.

En bref, la méthode DHI est standardisée et protocolisée garantissant des résultats sans surprises, adaptée à un projet de vie. Attention, ne pratique pas la méthode DHI qui le proclame (non proposée en Turquie), cette méthode brevetée est une marque déposée.

MÉFIEZ-VOUS DONC DES CONTRE-FAÇONS ! 

    • 1

      Vos Informations

    • 2

      Votre projet capillaire

    • 3

      Vos photos

    1/3

    Vos Informations

    Votre date de naissance ?

    Comment nous avez-vous connu ?

    Que souhaiteriez-vous obtenir d'une greffe de cheveux ?

    Merci de nous fournir 4 photos prises en lumière extérieure, non électrique, vos cheveux ne devant être ni rasés ni mouillés.

    Vous souhaitez en savoir plus ?

    Prenez contact avec l'un de nos experts en soin de la peau pour discuter
    de vos besoins, des options et du traitement adapté.

    Open chat